domingo, 15 de marzo de 2015

Inés de la Fressange


Publiée Le Lundi 25 Octobre 2010 à 18:45 Inès de la Fressange nous raconte non sans humour qu'elle a publié son guide "La Parisienne" uniquement par flemme : pour ne plus avoir à imprimer ses précieuses listes d'adresses à ses amis parisiens et non parisiens, et ne plus avoir à ressasser les mêmes réponses aux éternelles questions des journalistes sur les qualités et les défauts de la Parisienne.

Un guide aux allures de scrapbook sous sa couverture de moleskine rouge sang, un missel bourré d'adresses et de précieux conseils à emporter dans le sac. Une bible un poil snob et tordante co-écrite avec Sophie Gachet journaliste à Elle, censée faire de nous des parisiennes averties.

Interview de la Parisienne par Paquita Paquin.



Who says supermodels have to be 14 years old? Former French runway model Inès de La Fressange, 51, walked Jean Paul Gaultier's haute couture runway on Wednesday and stole the show from her younger colleagues. Kate Betts catches up with de La Fressange:

You looked so comfortable up there on the runway, is that from years of experience?
Well, I was lucky because I had the two best dresses in the show. They were long black tuxedo dresses. If I had to wear transparent black lace that would not have been so easy! (See pictures from backstage at New York's Fashion Week.)

The Wall Street Journal called you "voluptuous" but you look pretty much the same to me as you did 20 years ago on the Chanel runway. How do you keep yourself in shape?
Winston Churchill always said the best exercise is no exercise so let me put it this way; I do as much exercise as Churchill! And I never do Botox or plastic surgery either. I went to a beauty salon in July for a day and swore I would go back every day in September, but I haven't been back since.

What inspired you to go back to the runway, it's been a while, hasn't it?
Well, I've done a few over the years for friends, designers like Eric Bergere and Vincent Darre when he was designing Moschino, but not many. I felt that it was important to show that women older than 40 can be sexy, too. There are never images of women with gray hair or older women in the magazines. And women are always portrayed as sexy like a pin-up model from the 1950s, not something feminine or gracious, just provocative. I want to show that women can love fashion like I do and have a normal job and enjoy taking care of themselves and their families. Even when cosmetics companies use women of a certain age in their advertising, like Sharon Stone for Dior, for example, the photos are so retouched. There is really nothing in the magazines that I can identify with. I saw one photo in American Vogue of a model working, but she was wearing a twin-set and a tweed skirt, like in the 1950s. (See pictures of Paris fashion.)

Why did Gaultier choose you to be in his show this time?
I think he wanted to show that he is working for women, he is at their service, if you like. I like the fact that he didn't try to disguise me or make fun of me in some way, by making me wear black nail polish like the other models. I was wearing my own kind of makeup and my own hairstyle. I just went like myself. It was a charming message in the middle of a very sophisticated collection. (See the top 10 fashion moments of 2008.)

What does it feel like to be surrounded by all those young models?
Well, it's amusing to be a model when you're 50, let's face it! But I don't envy them in that line of work, having to wait around for hours, never knowing where they will be sent from month to month, there's not a lot of gaiety left in that business. When I first started modeling the ambiance was like a party, it was so fun. Models like Pat Cleveland and Jerry Hall had so much energy and personality and they had fun together. The runway shows back there were much more upbeat — even in the way we walked down the runway, greeting people, turning, smiling. Now they are just told to look the same and be impersonal. I walk on the runway like I walk down the street.



Read more: http://www.time.com/time/arts/article/0,8599,1874878,00.html#ixzz18lHv97pm

20 ans après avoir cessé d'être l'égérie de Chanel tu défiles à nouveau pour la maison, tes impressions ?

Ça me terrorisait, autant avant, il y a 20 ans, j'en avais rien à faire. Mon truc c'était jouer les dilettantes, faire ce que les autres ne faisaient pas : sourire, m'asseoir avec les journalistes, défiler avec mon chien, mon appareil photo, mon édredon ; c'était facile. Cette fois je me suis dit : "mais qu'est ce que cette vanité qui m'a poussée à dire oui !" J'étais un peu crispée surtout qu'aujourd'hui les défilés sont plus sérieux. Heureusement d'entrée, les gens ont applaudi très fort et, sans fausse modestie, je ne crois pas que ce soit pour moi mais pour le souvenir des années créateurs, quand on se battait pour entrer chez Kenzo, Mulger ou Gaultier, je suis sûre que l'image Chanel/Inès rappelait aux journalistes les années 80. Ça faisait "madeleine de Proust", les têtes étaient réjouies, sympathiques comme si une vraie complicité nous liait.

Ce fut une proposition de Karl ?

Il m'avait d'abord demandé de faire les photos pour la campagne de pub, j'avais accepté en me disant qu'une photo, ça se retouche et puis il m'a demandé de faire une apparition au défilé et j'ai répondu oui. Pour les essayages chez Chanel cela me faisait déjà quelque chose de retourner rue Cambon. Karl m'a fait une robe pratiquement couture... les plis religieuse, c'est quand même ce que fait de mieux Chanel. C'est l'une des rares maisons au monde qui sait faire ça.

Le public a été tellement sympathique... Aujourd'hui pendant les défilés, les gens twittent, envoient des mails, prennent des photos avec leur téléphone, ils n'applaudissent qu'au final. Là, dans le Grand Palais, c'était comme une "ola". J'avais l'impression que les journalistes de mode fêtaient une évocation de leurs années "mode des créateurs", celles d'avant les années "mode des hommes d'affaires". Grace Coddington ou Suzy Menkes, tous les défilés qu'elles ont dû voir! Et toi, tu en as déjà vus pas mal... Il leur faut un certain degré de passion pour continuer, il faut qu'elles l'aiment la mode !

Chez Roger Vivier, tu es directrice ?

Non, je ne suis rien, j'ai refusé un titre car au début je me voyais bien présidente mais Kiejmann m'a dit : "Tu sais qu'une présidente c'est responsable. Est- ce que tu as vraiment besoin d'un titre ?". J'ai créé un travail qui ne se définit pas vraiment, je ne suis pas attachée de presse, pas gestionnaire, ni commerciale, ni décoratrice, je ne fais pas de communication, pourtant je m'occupe de tout cela tous les jours.

L'image repose sur toi tout de même ?

Je décide au quotidien dans plein de domaines et je décide de la stratégie à long terme, ce nouveau métier c'est un peu "bouffon du roi". J'ai la parole libre ce qui est très appréciable dans une grande structure - car le groupe Tod's en est une -, même si Roger Vivier n'est encore qu'une petite entreprise. Avoir un regard extérieur et une parole de française qui ne mâche pas ses mots et qu'on accepte, c'est ce que j'appelle faire "la Inès" !

Quelles sont les réalisations dont tu es fière chez Vivier ?

Je désirais retrouver le goût extraordinaire de Roger Vivier qui mélangeait les meubles vintage, le XVIIIe, les vieilles pierres avec le contemporain, le design. "Tout ce qui est beau peut cohabiter" disait Vivier et moi j'aime bien les mélanges. Nous faisons le décor avec Christian Sapet, qui, dans son jeune âge, allait chez les antiquaires avec Vivier. Je préférais une identité très forte au risque de déplaire et cela a commencé dès l'ouverture avec un tapis zèbre au lieu du traditionnel tapis rouge, en rupture avec une boutique impersonnelle toute en verre et miroir.

J'ai toujours été persuadée que le luxe n'a pas besoin d'être coincé. La créatrice Elsa Schiaparelli mettait un scooter et du linge qui sèche dans ses vitrines place Vendôme et c'est ce qui fascinait Andy Warhol. Quand Bérard faisait des vitrines, c'était plutôt rigolo, gai, enlevé : c'est l'histoire même du luxe. Le luxe figé, c'est le luxe revu par les américains. Est-ce que Poiret ou Madame Lanvin faisaient des choses de bon goût ? Ça n'était pas leur préoccupation. Cette histoire de bon goût m'a toujours embêtée.

Comment est venue l'idée de ce livre, La Parisienne ?

On me demandait sans arrêt des adresses, comment s'habiller, quelle crème de nuit choisir, les caractéristiques de la parisienne, de la française... Et moi je répondais : "les Italiennes suivent un peu plus la mode, les Américaines ont de très beaux cheveux, des ongles impeccables et les soignent bien plus, elles achètent énormément. La Sud-Américaine est très élégante.". Et je pensais en moi-même : les parisiennes, les françaises en général, nous gardons nos vêtements d'une saison sur l'autre, on mélange un truc du Monoprix et un truc de chez Céline. Et puis on n'essaie pas de suivre à tout prix la tendance. On est au courant, mais pas fashion victim. Regarde, toi : des souliers de la saison, un pantalon de l'an dernier, un haut que tu porteras encore l'an prochain, un bijou ancien avec un look moderne. Cela nous paraît complètement évident mais ne l'est pas forcement pour une étrangère, alors c'est ça que j'ai voulu disséquer, parce que dans le monde entier on me parle de la parisienne, même si, à Paris on s'en fout complètement.

Parle-nous de la collaboration avec Sophie Gachet.

Avec Sophie, qui fait les "fashion police" dans Elle, on prenait le petit déj à côté de l'école de nos enfants. Je lui racontais que j'aimerais bien faire un guide d'adresses, car, tous les jours ici on imprimait des adresses aux demandes des nos amis étrangers. Diego della Valle, entre autres, disait à ses copains : "Allez demander à Inès ! ". Alors on a des listes toutes faites : décoration, enfants, hôtels... Quant au mélange d'adresses et de conseils, ça vient de la maison d'édition, car les anglais ont tout de suite été intéressés par un "Guide to Style" : pas uniquement les adresses mais aussi les recettes et le profil de la parisienne.

Et ça part dans tous les sens, les fleurs, les rendez-vous d'amoureux, le dîner chez Inès que j'adore...

Pour un dîner, je fais toujours du poulet, c'est par flemme ! Et puis je ne suis pas la banque Rothschild. Ce qui me paraît évident ne l'est pas pour tout le monde. Les gens me disent "tu dois avoir plein de vêtements"... eh bien non! J'ai pas la place, et puis c'est très angoissant d'avoir trop de choses. J'en ai juste un petit peu plus que la moyenne parce que c'est mon métier. Mieux vaut ne pas avoir trop des choses mais des valeurs sûres : un pull marine col V, pour les gens, c'est pas rigolo à acheter, et pourtant ça donne bonne mine et ça vous va bien. Étonnamment, c'est quand tu travailles dans la mode que tu le sais.

Je te trouve également très fan du jean blanc...

Oui, avec un jean blanc court et porté sur des ballerines vernies noires, tu as à la fois le côté confortable du jean et le côté "habillé" du blanc. Ça fait un peu : "j'ai fait un effort !".

C'est troublant comme ta fille Nine photographiée dans le livre a pratiquement la même silhouette que toi !

Elle est mieux, elle a des nibards, elle!

C'était évident de lui faire incarner la parisienne ?

Je ne voulais pas que ce soit comme un vrai mannequin, ni que ce soit comme des photos de mode. Ma démarche était différente et visait à illustrer des petits trucs pour vous sauver le quotidien. Ce livre étant appelé à durer un peu plus qu'un magazine, je ne voulais pas choisir un top model. Mais d'un autre côté, c'est plus agréable que ce soit une jolie fille avec de la personnalité et que le photographe ne soit pas non plus amateur. Les choix de Benoît Peverelli et de Nine étaient parfaits.

Elle s'est amusée ? Songe-t-elle à en faire un métier ?

Pas spécialement, on n'arrête pas de lui proposer des campagnes de publicité mais elle refuse. Nine est un personnage, elle me dit : "Maman je me suis inscrite en grec ancien, ça t'embête pas ?". Je me dis qu'à 18 ans, elle fera peut-être une grande campagne pour s'acheter un studio mais pour l'instant elle n'a pas envie d'être différente de ses copines. Ces photos, c'était juste un service rendu à maman. Violette, la cadette, en revanche est imbattable, elle vit pour la mode, elle voit tout, et repère même les imitations des souliers Roger Vivier.

Tu étais légitime en Marianne en 89, et te voilà désormais l'archétype de la parisienne.

Dans un sondage du Figaro, l'an dernier, je figurais au milieu de noms très prestigieux d'actrices et de célébrités, toutes plus jeunes que moi. Étonnamment, j'ai été élue "la" Parisienne. Encore en 2009, je recevais la Médaille de Vermeil de la ville de Paris. Une espèce de concours de circonstances improbable pour quelqu'un, qui, comme moi, a une mère argentine, une grand-mère colombienne, du sang tchécoslovaque et polonais. Ma théorie, c'est que les parisiennes sont souvent des provinciales ou des étrangères qui ont beaucoup rêvé de Paris. Moi, j'ai été élevée un peu à Mantes-la-Jolie, et ça n'est pas du tout le 7ème arrondissement !

Le nombre de fois où tu dis que tu aimerais garder cette adresse secrète, eh bien, pour Puretrend, rajoute-nous donc une adresse que tu n'as pas voulu mettre dans le guide !

Tu remarqueras qu'il y a beaucoup d'adresses Rive Gauche parce que j'habite la Rive Gauche. Ce guide est totalement partial. Tout-à-fait hors guide et pour Puretrend, il y a La maison Perrin, en étage, 29, rue des Petits Champs. Si tu as un cachemire trop long que tu veux faire couper, une robe de chambre déchirée, un trou dans un vêtement fétiche, cette maison sait tout raccommoder à l'ancienne.

Il y a ces mots récurrents : "must have", "it bag", "fashion faux-pas"...

Je trouvais ironique d'introduire autant d'expressions anglaises dans un livre sur la parisienne, en fait c'est une façon "girly" de parler, un peu comme dans le journal Elle. Avant, il fallait choisir entre être Simone de Beauvoir ou Brigitte Bardot. Aujourd'hui, la parisienne a le droit d'être profonde, engagée avec beaucoup d'âme et en même temps frivole avec des conversations rouge à lèvres. Mes copines de 35-40 ans sont comme ça, contrairement à celles de 60 ans, qui, elles s'engagent, discutent et ne disent pas trop de conneries. Elles n'iront pas regarder des séries américaines, ni ne s'extasieront devant Jean Dujardin alors que mes copines de 37 ans alternent le sérieux et le léger... et j'aime leur compagnie.

"Ne jamais être mièvre", qu'entends-tu par là?

Être "culcul", mignon, "kawaï", chou, "choupinet" : ça n'existe pas chez la parisienne ; on s'attache plutôt à rendre le truc rock and roll, plus Patti Smith que Paris Hilton. C'est un peu l'obsession de la française de vouloir avoir l'air intelligent, je sais pas si c'est bien ou pas... Il faut aussi avoir une part de frivolité, de légèreté quand on lui dit : "elle est bien ta veste" la parisienne ne va jamais répondre : "merci, c'est gentil", mais : "elle est vieille, je l'ai depuis toujours !" Il y a un peu ce côté "n'allez pas penser que je passe ma vie à faire du shopping.".



La Parisienne par Inès de la Fressange et Sophie Gachet, aux Editions Flammarion.

Et découvrez en images sur Puretrend, le guide de la Parisienne.




interview


plus d'articles

Des podiums à la rue : la capelineBasquiat, l'allure mode d'un géant de l'art News Inès de la Fressange
Vendredi 3 Décembre 2010
Inès de la Fressange, Noël version créateurs Samedi 9 Octobre 2010
Inès de la Fressange : son évolution beauté Lundi 20 Septembre 2010
Le secret de beauté de... Inès de la Fressange Tous les articles VOS COMMENTAIRES
Laissez ici vos commentaires sur "Interview : Inès de la Fressange, archétype de la Parisienne":
Vous devez être membre pour poster un commentaire.


Identifiez-vous ou inscrivez-vousGrasItaliqueSouligné Envoyer Cliquez sur un smiley pour l'insérer.



1

De Jane Birkin à Georgia May Jager
Les dents du bonheur
Anciennement sujet de moqueries, les dents du bonheur sont plus que jamais devenues tendances. Inspiration
BeautéStars15 Décembre
Flacons d'autrefois, essences d'aujourd'hui

17 Décembre
Liv Tyler Very Irresistible pour Givenchy

16 Décembre
Chanel révèle notre âme d'un simple regard

20 Décembre
Le secret de beauté de... Jennifer Aniston

17 Décembre
Le même beauty look que Diane Kruger

18 Décembre Scarlett Johansson, Jennifer Aniston, Eva Longoria : les célibataires 2010

18 Décembre Victoria Beckham, Katie Holmes, Charlotte Casiraghi : ce qu'on leur pique pour être stylée en trench

19 Décembre Le pire et le meilleur d'Heidi Klum

14 Décembre God Save The Granny !

19 Décembre Drew Barrymore, Audrey Tautou, Kate Moss : stylées en jupe en cuir

Stars


Brune ou blonde ? Comme la bière, une histoire de goûtdéfilés
Miu Miu Hermès Paul & Joe

Marques3.1 Phillip LimA.f. vandevorstA.f. vandevorstALEXIS MABILLEAQUASCUTUMARMAND BASIAb soulAcademy of art (university graduates)Adam kimmelAdidas by stella mccartneyAkiko ogawaAkrisAlberta FerrettiAlberto BianiAlbinoAlena akhmadullinaAlessandro Dell'AcquaAlexander McQueenAlexander WangAlexandre herchcovitchAlexandre matthieuAlexandre vauthierAlviero martini Amanda wakeleyAmaya arzuagaAminaka wilmontAndrew MackenzieAndrew gnAngelo maraniAnn DemeulemeesterAnn-sofie backAnna suiAnne Valérie HashAnne WeyburnAnteprimaAntoni & alison...Antonio BerardiAntonio MarrasArgentovivoArmand basi oneArmaniAshishAtsuro tayamaAurelio costarellaAvsh alom gurBalenciagaBali BarretBallantyneBalmainBarbara BuiBasil sodaBasso & brookeBcbg max azriaBehnaz sarafpourBelstaffBernhard WillhelmBetsey JohnsonBetty jacksonBill TornadeBlaakBlessBlugirlBlumarineBora aksuBottega VenetaBrian reyesBrioniBritaBruno pietersBurberry prorsumByblosC p companyC'N'C Costume NationalCAROLINA HERRERACHARLES ANASTASECOLLETTE DINNIGANCacharelCalvin Klein Carlos mieleCathy pillCerrutiChanelChapurinCharlotte ronsonChloã©ChloéChris benzChris hanChristian DiorChristian LacroixChristophe josseChristopher kaneCividiniClements RibeiroClipsCommuunCostello tagliapietraCostume NationalCushnie et ochsCynthia rowleyCynthia steffeD&gDamir doma Danielle scuttDenis SimachevDerek LamDerercunyDevastéeDevi kroellDiane Von FurstenbergDice KayekDimDior HommeDirk BikkembergsDknyDolce & GabbanaDominique siropDoo riDouglas hannantDries Van NotenDsquared² DunhillDuro olowuEley KishimotoEliane et LenaElie saabElie tahariEmanuel UngaroEmilio PucciEmilio de la morenaEmma cookEmporio ArmaniEnrico coveriErdemErin fetherstonErmanno ScervinoErmenegildo ZegnaEstrella archsEtroEun jeongEvisuFelipe Oliveira BaptistaFendiFrancesco smaltoFrancisco van benthumFranck sorbier Frankie MorelloG-StarGARETH PUGHGILESGaetano NavarraGallianoGaspard YurkievichGazzarriniGiambattista ValliGiorgio ArmaniGiuliano fujiwaraGivenchyGottexGraeme blackGucciGustavo linsGuy larocheHaider AckermannHakaanHalstonHauteHenrik vibskov HermèsHiroko koshinoHouse of hollandHuitHussein ChalayanIcebergIsaac mizrahiIsabel MarantIssaIssey MiyakeIwaya for dress 33JUNKO SHIMADAJaeger londonJason wuJasper conranJean-Charles de CastelbajacJean-Paul GaultierJean-pierre braganzaJefenJenny packhamJeremy laingJeremy scottJeroen van tuyl Jil SanderJill stuartJo No FuiJohn GallianoJohn RichmondJohn rochaJohn varvatosJonathan saundersJosh gootJulien MacDonaldJulien macdonaldJulius Junya watanabeJust CavalliJuun.jKRIS VAN ASSCHEKaren walkerKarl LagerfeldKazuyuki kumagai / attachment KenzoKilgourKiminori morishitaKoi suwannagateKristina TiKriziaKrystof strozynaL'wren SCOTTLIMI FEULUELLALa PerlaLacosteLanvinLaura biagiottiLefranc ferrantLejabyLela roseLes CopainsLf markeyLie sang bongLiz mccleanLoeweLouis vuittonLouise goldinLouise grayLuca lucaLuciano sopraniLuisa beccariaLutzLutz & PatmosMaison martin margielaMalandrinoMaloManish AroraMara hoffmanMarc Jacobs Marc by Marc JacobsMarchesaMargaret howellMarie bisharaMariella buraniMarios schwabMark fastMarniMartin grantMary katrantzouMasatomo Matthew WilliamsonMatthew amesMaurizio PecoraroMaurizio galanteMax MaraMax azriaMeadham kirchhoffMichael KorsMiharayasuhiroMiss SixtyMissoniMiu MiuModernistMonique lhuillierMoon young heeMoschinoMulberryNanette leporeNarciso RodriguezNatascha stolle Nathan jendenNeil BarrettNicole farhiNicole millerNina RicciNormaluisaNumber (n)ine Ohne titelOrla KielyOscar de la rentaOsman yousefzadaOssie clarkPamella rolandPaola FraniPaul & JoePaul SmithPaul costelloePeachoo+KrejbergPerry ellisPetar petrov Peter jensenPeter pilottoPeter somPhiPhilosophy di alberta ferrettiPierre CardinPorts 1961PradaPreen by thornton bregazziPringle of scotlandProenza SchoulerRODARTERachel comeyRaf SimonsRag & boneRajesh pratap singhRalph LaurenRebecca taylorReem acraRequiemRichard chaiRichard nicollRick OwensRoberto CavalliRoccobaroccoRochasRock & republicRodierRoksanda ilincicRomain kremerRubin singerRue du mail by martine sitbonRuffianSabyasachiSalvatore FerragamoSandrina fasoliSarah easomSass & bideSharon wauchobShipley & halmosSinha-stanicSmaltoSongzio Sonia RykielSophia KokosalakiSophie théalletSpijkers en spijkersSportmax StaerkSteinunnStella MccartneyTalbot runhofTemperley londonTer Et BantineThakoonThe rowThom BrowneTibiTillmann lauterbach Todd lynnTommy HilfigerTony cohenTory burchTracy reeseTrussardi 1911TseTsumori chisatoTulehTwenty8twelveTwinkle by wenlanUte ploier ValentinoVanessa BrunoVera WangVeronique BranquinhoVersaceVersusViktor & RolfVivienne WestwoodVivienne tamVivienne westwood red labelVpl by victoria bartlettWalter Van BeirendonckWilliam rastWilliam tempestWintle WooyoungmiWunderkindY-3YeohleeYohji YamamotoYves saint-laurentZac PosenZadig & VoltaireZero + maria cornejoZucca Saisons Automne-Hiver Printemps-Eté Villes Londres Madrid Milan New-York Paris Années 2011 2010 2009 rechercher